Le scooter est un véhicule à deux-roues qualifié de cyclomoteur. Tout comme la mobylette, le scooter doit donc impérativement être assuré au risque d’être exposé à des sanctions. Vous pouvez être frappé d’une amende pouvant aller jusqu’à 3 750 euros, à une mise en fourrière ou encore à la suspension de votre permis.

Les conditions d’assurance pour un scooter

Tout d’abord, un mineur ne peut assurer lui-même un scooter. Il faut obligatoirement l’intervention d’un majeur. Toutefois, afin que le propriétaire d’un scooter soit assuré, il faut remplir certaines conditions et obligations.

La documentation nécessaire

Pour être assuré, le propriétaire du scooter doit présenter plusieurs pièces justificatives. Il s’agit entre autres :

  • De la carte grise du scooter : en effet, depuis le décret n°2009-136 du 9 février 2009, tous les scooters ont l’obligation d’être immatriculés.

 

  • Le permis de conduire (AL, A ou B) ou le BSR qui est le Brevet de Sécurité Routière exigés par certains assureurs en fonction de votre âge et / ou du nombre de cylindres du scooter.

 

  • Un RIB permettant de faciliter les prélèvements bancaires relatifs à l’assurance.

 

Les obligations de l’assuré

D’un autre côté, plusieurs situations empêchent de bénéficier d’une assurance, et ce même si votre scooter est amoché.

 

La première des choses est de ne pas débrider son scooter : en effet, le code de la route l’interdit formellement depuis 2006. C’est ainsi qu’un assureur peut refuser de couvrir un scooter ayant été endommagé volontairement par le propriétaire. Ceci même si ce dernier a payé ses cotisations durant plusieurs années.

 

De plus, pour pouvoir assurer un scooter, vous devez au minimum avoir 14 ans minimum pour les 50cc, 16 ans et un permis A1 pour les 125cc, 18 ans et un permis B de moins de 2 ans.

 

Les antécédents de l’assuré

Il y a des situations qui vous excluent ou peuvent vous exclure du bénéfice d’une assurance. C’est alors que si vous avez déjà un ou plusieurs accidents avec votre scooter, l’assureur a la capacité de refuser de vous assurer.

 

L’assureur peut également refuser de vous prendre en charge s’il s’avère que vous n’avez aucune expérience de conduite. Ces refus sont justifiés dans la mesure où l’assureur voudrait que personne ne mette la vie des autres en danger sous le prétexte d’une assurance.

Les assurances selon les types de scooters

Pour avoir une réponse adaptée, il est préférable de donner les assurances en fonction du scooter.

 

L’assurance pour un scooter 50 cm3

Dans le cadre d’un scooter 50cc, la responsabilité civile est le minimum à souscrire en matière d’assurance. Pour un scooter de cet acabit, vous pouvez également songer à une assurance au tiers. Cette dernière a l’avantage d’être très étendue pour un véhicule peu onéreux. Une assurance vol est également recommandée, car les scooters sont la cible de plusieurs voleurs.

 

L’assurance pour un scooter 125 cm3

C’est le scooter le plus costaud et le plus puissant. Les scooters de 125cc sont plus chers. Il est donc recommandé ici de souscrire au minimum à une assurance au tiers. Même si elle est suffisante pour rouler, il est recommandé d’opter pour une assurance intermédiaire, voire tous risques. De plus, il faut avoir au moins 16 ans avec un permis A pour le conduire. Si vous avez un permis B avec deux ans d’ancienneté, vous pourrez également le conduire.

 

L’assurance pour un scooter 3 roues

Les modèles trois roues sont plus stables et pratiques. Ce sont des scooters, mais à trois roues et non à deux. Toutefois, ils sont régis par les mêmes règles en matière d’assurance. Vous pouvez les conduire avec un permis A ou un permis B suivi d’une formation pratique de 7 heures. Étant donné son coût, une assurance intermédiaire ou tous risques est l’idéal.

 

L’assurance d’un scooter électrique

Ces cylindrées sont également assurables. Vous pouvez souscrire à une assurance au tiers au minimum. En fonction de sa taille et de sa technologie, vous pouvez aller jusqu’à l’assurance tous risques ou en-deçà.