Généralement, le port d’armes à feu est interdit. Mais, en face d’un agresseur, la légitime défense ‘’Acte accomplie pour défendre sa vie par quelqu’un qui est attaqué, attirée dans un piège’’ est légale. Ainsi, le port d’une quelconque arme est réglementé.  Dans certains pays comme la France, la détention d’armes fait l’objet d’une réglementation stricte. Il devient alors crucial de faire une différence entre les armes que vous pouvez poser sans permis et celles nécessitant obligatoirement un permis. Vous trouverez ici toutes les informations dont vous avez besoin pour l’achat de votre prochaine arme de défense.

Réclamation autour du port d’arme

Classifiées généralement en huit catégories par ordre de dangerosité, les armes sont soumises à des régimes différents. Cependant, les armes qui pourraient potentiellement causer des brisures pouvant conduire à la mort appelée armes létales ne sont autorisées qu’aux tireurs sportifs et bien sûr aux chasseurs.

Ainsi, sauf dérogation expresse de la loi, les particuliers ne sont défendus de détenir les armes dites de défense telle que les revolvers, pistolets ou toutes autres armes de poing.  C’est le cas par exemple des chasseurs qui voient se faire délivrer un permis par la préfecture. Ce permis ne concerne que les personnes majeures.

En France, l’âge minimum fixé pour l’obtention de ce permis est de 21 ans. Les armes létales, armes de défense ou encore armes de guerre représentent les quatre premières catégories d’armes. Les quatre autres catégories peuvent être librement détenues ou sur simple déclaration. Quelles sont-elles ? Comment les identifier ?

Armes de port sans permis

Les armes de la 6ème catégorie (armes blanches) et les armes de la 8ème catégorie (les armes de collection) et les armes de tir de loisirs ( 7ème catégories) font partie des armes dont la possession ne nécessite aucun permis. Certaines armes de 5ème catégorie peuvent également être détenues librement. De la même manière, la vente de ces derniers est libre.

Les armes d’autodéfense sans permis

Contrairement aux précédentes armes, toute personne de plus de 18 ans pour sa défense, peut utiliser les armes d’autodéfense de catégorie D, autre que la précédente calcification des armes feu. Parlant d’armes de catégorie D, il s’agit par exemple des bombes lacrymogènes, les matraques, Tonfa, stocker, le pistolet d’alarme les menottes, et plein d’autres. Cependant, le port de l’usage de ces derniers est interdit dans les lieux publics, sauf en cas de légitime défense.

Le pistolet d’alarme, est une arme à feu factice reproduite de façons identiques que les vraies armes à feu. Le pistolet d’alarme tire des balles à blanc de calibre 9 mm qui n’émettent que du gaz. Ces armes ont une particularité en ce qui concerne la détonation (très forte). Il est également possible d’utiliser pour ces armes des cartouches au gaz, au poivre ou en caoutchouc.

Exception d’arme de 1ère catégorie sans permis

Ceux sont en fait des armes neutralisées pour rendre inapte. Après le décès de l’un de vos aïeux, si ce dernier possédait un fusil de guerre des années 1914-1918, ce dernier devient le vôtre et vous êtes immédiatement responsable de cette arme. Par ailleurs, la condition sine qua non si vous souhaitez conserver cette arme est que vous la rendiez inapte au tir. Pour les Français la neutralisation est effectuée par le Banc national d’épreuve des armes et munitions de Saint-Étienne.

En résumé les armes de première et quatrième catégories sont respectivement des armes dites de guerre et de défense dont l’acquisition est réglementée par autorisation préfectorale. Les armes de 5ème catégorie sont des armes de chasse soumises à déclaration et dont le port exige un permis de chasser ou une licence de tir. Pour ce qui est des armes dites blanches, elles représentent les armes de la 6ème catégorie et de port libre, ainsi que les armes dites historiques, de collection ou neutralisées (armes de 8ème catégorie) et des armes dites de tir non soumis à déclaration (7ème catégories).